• Trois aires de camping car sont proposées à Leucate: celle de l'étang pour les surfeurs et celles de Leucate plage avec deux entrées, une au Nord et une au Sud qui donne directement accès à la plage. Le tarif pour 24h avec vidange est de 7.80 euros. Il n'y a pas de borne électrique. Possibilité de faire le plein d'eau pour 2euros. La borne de paiement vous délivre un code afin de pouvoir sortir temporairement avec votre véhicule sans payer à nouveau les 24h initiales non terminées (ce qui n'est pas le cas partout).

    Cette aire est brute (pas d'ombre, d'aménagement du sol) mais pratique pour consacrer un weekend ou quelques jours à la baignade. Le soir, sur le front de mer, il y a très peu de restaurants et bars avec des prix pas très attractifs... c'est dommage. D'autant plus que le village est un peu loin à pied, surtout pour le soir.

    Le village est sympa, il reste un effort à faire au niveau du front de mer (animation, attractivité).

    A noter qu'un boulanger passe sur l'aire tous les matins à 8h30 avec pains divers, croissants, chocolatines (oui, je suis du sud, donc je dis "chocolatine" et j'y tiens!), y compris les weekends de septembre. Il est très sympa et plein d'humour.

    Leucate plage

    Vue de l'aire depuis la plage

    Leucate plage

     

    Leucate plage

    Leucate plage

     

     


    votre commentaire
  • Hongrie: BUDAPEST: 3 jours

     

    Long weekend à Budapest 7/11 mars 2014

    avec la compagnie Lufthansa, logement à l'hôtel Budapest CIty Central

    Budapest, surnommée la perle du Danube, est la capitale de la Hongrie (1 800 000 habitants). La ville possède un patrimoine culturel et architectural d’une grande richesse. Elle est également réputée pour ses sources thermales. Budapest est formée des anciennes villes Buda, Pest et Óbuda. Au centre, coule le Danube qui sépare Buda, la ville historique (rive droite) de Pest, la ville moderne (rive gauche). Elle possède plusieurs sites inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO : Les rives du Danube, le quartier du château de Buda et l’avenue Andrássy.

    Nous sommes arrivés à Budapest vendredi soir tard (22h30). Nous avons donc préféré prendre un taxi. Dans l'aéroport, il y a des affiches prévenant les touristes de l'existence de nombreux taxis non homologués avec des chauffeurs qui vous abordent dès la sortie de l'aéroport. Le bureau des taxis en règle se trouve à la sortie, vous donnez votre destination à la caissière qui vous calcule le prix, édite un billet et vous appelle un chauffeur.

    Premier contact avec la ville de nuit avec la traversée de sa périphérie: centre commercial avec des enseignes bien connues: H&M, Marks & Spencer... (vive la mondialisation, pas de jaloux, on va finir pas tous s'habiller pareil!). A notre arrivée au centre ville, nous sommes surpris par la largeur des avenues. Notre hôtel se trouve dans le quartier juif très animé le soir (bars et restos branchés). L'imposante synagogue tranche avec l'ambiance. L'hôtel se trouve dans un grand immeuble. L'entrée ne paie pas de mine mais l'intérieur est propre et calme. Une jeune Budapestoise nous accueille et veut nous faire part des visites à faire et des bons plans mais nous sommes fatigués, nous prenons donc congé. Dans la chambre une bouteille de vin blanc nous est offerte pour nous souhaiter la bienvenue, elle aussi attendra le lendemain!

    Voir mon avis sur Trip advisor http://www.tripadvisor.fr/ShowUserReviews-g274887-d1056458-r197281407-Budapest_City_Central-Budapest_Central_Hungary.html#CHECK_RATES_CONT

    J1: Le Palais Royal - L'Eglise Saint Matthias - Le Bastion des Pêcheurs

    C'est ici qu'est née la ville de Buda au VIIème siècle, idéalement située en hauteur, non loin du fleuve. Sous le règne du roi Mathias, la ville fut prospère jusqu'au XVème siècle puis tomba en décrépitude sous la domination turque au siècle suivant pour connaître une nouvelle période d'essor aux XVIII et XIXème siècles sous la dynastie des Hasbourg.

    Le palais de Buda dans lequel l'impératrice Elizabeth (dite Sissi) vécut quelques années, fut entièrement détruit en 1945. Ce que l'on voit aujourd'hui est donc une reconstruction.

    3 jours à Budapest

    3 jours à Budapest

    3 jours à Budapest  

    3 jours à Budapest

    Le soleil est au rendez-vous et récompense notre marche  et notre montée (possibilité de prendre un funiculaire). Nous flânons autour dans les cours du palais, retournons sur les ruines du palais d'origine (investies par les chats). Puis nous nous dirigeons vers l'église Mathias. Une belle surprise avec son toit composé de tuiles peintes qui contraste avec la blancheur quasi-immaculée des ses murs (la circulation est réglementée au sein de la vieille ville et cela se voit!).

    3 jours à Budapest

    3 jours à Budapest  3 jours à Budapest

    La statue du roi Mathias lui fait face. Derrière lui commence le Bastion des Pêcheurs, un ensemble de remparts blancs et de tourelles qui surplombent la ville, offrant des points de vue magnifiques sur la partie Pest, notamment sur le Parlement.

    3 jours à Budapest          3 jours à Budapest

    3 jours à Budapest

    Vue sur le Parlement Hongrois: construction néo-gothique du XIXème siècle (qui fait penser au parlement anglais Westminster).

    C'est le plus grand bâtiment de Hongrie et le plus grand parlement d'Europe.

    3 jours à Budapest

    Les Tours du Bastion des Pêcheurs symbolisent les sept lignées Magyars dont est issue l'actuelle Hongrie. Autrefois, la place servait de marché aux poissons d'où le nom du site construit en 1895.

    3 jours à Budapest            3 jours à Budapest

    3 jours à BudapestVue de l'église Saint Mathias et du Bastion des Pêcheurs depuis le Pont Erzsébest.

    3 jours à Budapest

    3 jours à Budapest

    Nous redescendons ensuite par le pont Széchenyi et longeons le Danube tant bien que mal (travaux) pour rejoindre le Parlement (Orszàghaz) que nous ne pouvons malheureusement pas approcher car en pleine rénovation.

    3 jours à Budapest

    Nous continuons à l'intérieur de Pest, dans le quartier Belvaros (le coeur de la ville). Nous nous arrêtons sur la place qui fait face à l'ambassade américaine pour nous reposer et regarder les jeunes skaters. Nous poursuivons vers la basilique Szent Istvàn puis nous nous engouffrons dans quelques rues commerçantes avant de rejoindre notre quartier Erzébetvàros.

    3 jours à Budapest   

    Retour donc en fin d'après-midi à notre hôtel. Cette fois,nous ouvrons la bouteille de vin, nous l'avons bien mérité car nous avons tout parcouru à pied!

    Le soir nous dînons au Lado café, un restaurant qui propose un concert de jazz tous les soirs. Nous passons une agréable soirée. Voir mon avis: http://www.tripadvisor.fr/ShowUserReviews-g274887-d1948108-r197282812-Lado_Cafe-Budapest_Central_Hungary.html#REVIEWS

    J2: Andràssy - La Place des Héros - Château Vajdahunyad - Le zoo - Les bains Széchenyi

    Nous partons du centre-ville à pied et prenons le large boulevard Andrassy. Nous découvrons un quartier sélect avec les boutiques des grands couturiers internationaux et de belles villas qui abritent aujourd'hui pour la plupart des ambassades. Nous nous arrêtons pour admirer les plafonds du seuil et du hall d'entrée de l'Opéra. Mais le boulevard Andrassy c'est aussi l'endroit où se trouvait le quartier général de la police secrète hongroise pendant la période communiste, transformé en musée de l'horreur le "Terror haza". 

     3 jours à Budapest L'Opéra  3 jours à Budapest

    3 jours à Budapest

    Les imposantes villas du boulevard Andrassy

    3 jours à Budapest   

     

    3 jours à Budapest

    Terror Haza ou musée de la terreur. Sur les murs la photo des victimes de la répression sanglante de l'insurrection des hongrois contre le régime russe en 1956.

    3 jours à Budapest

      

     

     

       

    3 jours à Budapest

     

    Au bout du boulevard, la place des Héros "Hosök tere" se remarque de loin. Au milieu trône l'archange Gabriel entouré de chaque côté d'une colonnade avec les statues de souverains et d'hommes d'état hongrois; les "héros". Le musée des Beaux Arts et le Centre des Arts se trouvent de part et d'autre de la place.

    3 jours à Budapest

    3 jours à Budapest

      

    3 jours à Budapest

    Derrière la place, se trouvent le parc municipal ainsi que le château Vajdahunyad construit en 1896, mélange de reproductions de divers autres châteaux hongrois. Devant le château, une grande patinoire prend ses quartiers l'hiver avant de laisser place à un lac à la belle saison. Début mars, la patinoire avait fondu et allait bientôt se reconvertir.

    3 jours à Budapest

    3 jours à Budapest

     3 jours à Budapest

    3 jours à Budapest

    Le Parc municipal est le lieu de rendez-vous des familles le weekend: verdure, terrains de foot, parc de skate, vide-grenier, cirque et zoo. Nous avons visité le zoo, au départ pour ses bâtiments (la maison des éléphants ressemble à une mosquée recouverte de tuiles Zsolnay), finalement cela a été une belle surprise car nous y avons découvert de belles espèces et avons pu en approcher de très près certaines comme les lémuriens ou les paresseux. Le zoo s'organise autour des différents continents: Amérique, Afrique, Australie... Pour les amateurs de reptiles, il y a de nombreux iguanes en tout genre et de serpents ainsi qu'un varan de Komodo (rare en zoo).

    LE ZOO3 jours à Budapest

    3 jours à Budapest

     

    Après l'Age de Glace, Sid a pris sa retraite au zoo de Budapest, s'est mis en couple et a fait un bébé!

    3 jours à Budapest

     L'animal est calme, serein, placide. Même la femelle avec son bébé

    se laisse approcher en toute confiance.

    3 jours à Budapest             3 jours à Budapest

    Petit spectacle assuré par les otaries.       Le roi des animaux est également présent bien sûr.

    3 jours à Budapest

     

     

     

    Une "partie" seulement d'Anaconda...

     

    3 jours à Budapest

    Et le Varan de Komodo, le plus beau (bon d'accord, c'est juste pour la rime...)

     Au centre du parc municipal se trouvent les bains Széchenyi dans lesquels nous avons terminé notre journée. Je les conseille en fin de journée, début de soirée afin de pouvoir profiter des bassins extérieurs de nuit. Une piscine extérieure vous permettra de nager (bonnet obligatoire), sinon les différents bassins intérieur/extérieur avec des températures variables ainsi que les différents saunas vous occuperont tout autant. Les tarifs sont assez élevés et tout se monnaie (location des serviettes non inclus dans les billets avec une caution en liquide, casier ou cabine par exemple) mais il serait dommage de se priver d'une pause thermale à Budapest (où il y aussi les bains Rudas non testés).

    3 jours à Budapest 

    3 jours à Budapest

    3 jours à Budapest

      Le soir, trop fatigués pour revenir à pied à l'hôtel (le Boulevard Andrassy est trèees long!), nous avons pris le métro à la Place des Héros (la plus ancienne ligne de métro d'Europe passe sous le boulevard Andrassy).

    J3: Balade dans le quartier juif (Erzsébetvaros) et dans les rues commerçantes du centre (quartier Belvaros) - Grand Marché couvert

    Il nous reste une demi-journée avant de reprendre l'avion. Nous décidons de flâner autour de l'hôtel où nous avons laissé nos valises. Nous commençons par les rues adjacentes: l'imposante synagogue se dresse à côté de l'hôtel (c'est la plus grande d'Europe).

    3 jours à Budapest

    3 jours à Budapest

     Nous allons ensuite faire un tour au Grand marché Couvert, reconnaissable à ses jolies tuiles Zsolnay. A l'intérieur de la halle: fruits, légumes, épices et charcuteries au rez de chaussée, échoppes de souvenirs à l'étage (T-shirts, broderies, mugs...). Nous achetons l'incontournable paprika hongrois.

    3 jours à Budapest

    3 jours à Budapest

    Nous traversons ensuite rapidement la rue commerçante Vaci Utca, sans grand intérêt. On y retrouve les mêmes chaînes de magasins que dans le reste de l'Europe, des boutiques souvenirs et des restaurants plus chers et moins typiques.

    Au gré des rues de Budapest, toujours la rencontre avec de belles façades (dont certaines mériteraient une rénovation, patience; plusieurs chantiers sont déjà en cours dans la capitale hongroise)

    3 jours à Budapest

     

     

     

     

     

     

     

     

       3 jours à Budapest

    3 jours à Budapest

    Pour conclure, je dirais que Budapest nous a bien dépaysé et nous a donné envie de faire d'autres capitales de l'Est comme Prague par exemple. Le personnel hongrois (hôtel, restaurants) est très sympa, parle bien l'anglais et a à coeur de satisfaire le touriste. On peut prendre un repas quasiment à toute heure avec un bien meilleur rapport qualité/prix qu'en France. Seuls bémols: la monnaie le Forint (HUF) qui rend les prix trompeurs pour nous car 1 euro correspondant à 303 forints, on arrive vite à des milliers de forints pour un repas par exemple! et la langue, très difficile (bien plus que le Croate!), frustrante pour moi qui aime bien converser un peu dans la langue locale. Non, en fait ce n'est rien, il appartient au touriste de s'adapter, vive la diversité!

    Bonus: la Trabant (voiture typique de l'ex-RDA et de l'Est des années 60-80)

    3 jours à Budapest

    3 jours à Budapest  (AU REVOIR)

     

     hungary_mw.gif (5194 bytes)

     

    Vous pensez réserver un logement sur le site Booking.com? Cliquez sur le lien ci-dessous, je gagnerais 15 euros pour le parrainage à la fin de votre séjour et vous obtiendrez de votre côté 15 euros de remboursement sur votre logement!

    https://www.booking.com/s/35_6/64832c34

     

     Autres voyages sans camping car sur mon second blog: http://valisesetsacados.eklablog.com/

        

      

     

     

     

     

     

     

     

     

       

     

      

     

     

     

     

     

     

     


    1 commentaire
  • Juillet 2013

    Nous avons passé une journée à Monaco à notre retour de Croatie. Un policier nous a indiqué le seul parking dans lequel un camping car peut se garer (à cause de la hauteur): le parking des écoles dans le quartier de Fontvieille, suivre la direction du stade Louis II, passer devant le Marriott Hôtel, prendre la direction de la fourrière.

    Monaco

    Monaco

    Vue depuis l'autoroute à l'aller, la principauté nous semblait très bétonnée et le littoral défiguré. Lieu mythique, qui peut faire rêver par le train de vie et la richesse de certains, nous avons décidé d'y passer une journée, d'autant plus que nous n'en avons pas facilement l'occasion (trop loin de notre département pour un weekend ou quelques jours).

    Nous avons commencé par le Rocher et le palais du Prince bien sûr, pour faire ensuite le musée océnographique (exceptionnel: 3h de visite!), le port de Monaco et ses fameux yachts puis la collection de voiture du prince (voitures des différents héritiers de la principauté, cadeaux, dons, expositions de particuliers).

    L'intérieur de Monaco s'avère plus "vert" que l'on pouvait le penser: des jardins (impeccablement entretenus) sont présents au pied des immeubles. Tout est conçu pour gagner le maximum de place: routes et parkings sous-terrains.

     

    Le rocher

    Monaco

    Monaco

    Monaco

    le musée océanographique

     

     

    Monaco

    Tarif: 14 euros pour les adultes - 7 euros pour les enfants (-de 12 ans)

    Monaco

    Incontournable: des espèces de poissons comme on en trouve nulle part ailleurs. Les adultes sont tout autant émerveillés que les enfants devant cette débauche de formes et de couleurs.


    aquarium Monaco par MyriamR32


    aquarium Monaco poissons volants par MyriamR32

     

    Le port

    Port principal

     Monaco

    Monaco

    Monaco

    port de Fontvieille

     

    La collection de voitures de la principauté

    Monaco

    Terif: 6 euros pour les adultes - 3euros pour les enfants

     

    Des premières voitures dans les années 1900 jusqu'à aujourd'hui en passant par la voiture offerte par les monégasques au Prince Albert pour ses noces avec Charlene, il y en a pour tous les goûts.

    Monaco

    Monaco

     

     

     

    Monaco

    Monaco

     

     MonacoMonaco

    Monaco

     

     

     

     

     

     

     la voiture de noces

    Monaco

    J'ai crée en janvier 2018 un groupe sur Facebook "voyages en camping car" afin que les camping caristes puissent échanger expériences, conseils, bilans, photos. Abonnez-vous!

    Hautes-Pyrénées: où dormir

    https://www.facebook.com/groups/2059515840990634/about/

     

     


    5 commentaires
  • Quelques données:

    kilomètres effectués = 4769 km

    budget carburant = 922.79 euros

    budget camping = 389.46 euros

    budget parking Croatie = 52 euros

    BILAN

    Tout d'abord, une information que j'ai lue sur d'autres blogs et sur le Guide Michelin (imprimé en 2011) s'est avérée fausse en 2013, à savoir: les contrôles de police fréquents et la lourdeur du passage aux frontières. Nous n'avons "subi" qu'un seul contrôle policier (à notre retour, en Slovénie, très bref: on nous a demandé nos papiers d'identité et du véhicule et on nous a dit que les enfants devaient toujours avoir la ceinture de sécurité), aucun contrôle en Croatie. Quant aux passages aux différentes frontières (Slovénie, Croatie, Bosnie, Monténégro), on vous laisse souvent passer sans rien vous demander ou bien on vous demande vos papiers d'identité et ceux du véhicule, et lorsqu'on les prépare à l'avance, cela va vite. A aucun moment on nous a demandé pourquoi nous venions, pour combien de temps etc (de toute façon, dans le cas d'une famille en camping car, c'est évident!) Je pense surtout qu'en tant qu'européen, nous avons complètement perdu l'habitude de ce genre de formalités qui pourraient pourtant être utiles... (mais ça, c'est un autre débat!)

    ce que j'ai aimé:

    - l'accueil des Croates: commerçants, serveurs, personnel de camping contrairement à l'avis de nombreux blogueurs! Il faut dire que je me force à apprendre dans la langue de chaque pays où je vais à dire au moins bonjour, merci, s'il vous plait, au revoir... ce qui est apprécié. Après bien sûr, on est à l'abri nulle part de rencontrer des c..., il y en a partout!

    - le professionalisme du personnel de restauration: tenue soignée (pantalon noir, chemise blanche...), sourire et amabilité partout même dans les petits bars sans prétention (on a des leçons à prendre!)

    - la couleur et la transparence de la mer et tous les poissons que l'on peut y voir

    - la propreté des villes et des sites visités

    - le patrimoine riche et bien conservé: vestiges romains, cathédrales, façades, architecture

    - les surprises de la nature (parcs nationaux)

    - le prix bas des glaçes et des boissons

    - le miel artisanal

    - les nectarines et abricots

    - la chaleur supportable car non caniculaire

    ce que je n'ai pas aimé:

    - les guêpes présentes dans tous les campings de la côte (on parle beaucoup des oursins dans les blogs, franchement il n'y en pas tant que ça, par contre les guêpes sont gênantes au moment des repas)

    - les moustiques (mais j'en ai chez moi aussi...)

    - le pain (croûte molle + plein de mie)

    - les touristes polonais trop souvent bruyant et sans gêne

    Quant aux parkings payants dont certains blogueurs se plaignent, parfois il est bon de se rappeler la situation en France: parking du Mont Saint Michel; payant, parking pour randonner au Pont d'Espagne à Cauterets dans les Pyrénées; payant, centre-ville de Toulouse, Marseille, Paris et bien d'autres encore; payant, bord de mer côte d'Azur; payant etc...

     

     DUBROVNIK, photo retouchée façon vieille carte postale (grâce au site gratuit Be Funky)

    Bilan (budget, impressions...)

     


    6 commentaires
  • Voyage en Croatie , juillet 2013

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     Introduction

    Comment ne pas céder à l'appel des paysages enchanteurs et à la chaleur estivale de la Croatie après des mois de Printemps et un début d'été pluvieux et tourmentés en France? Plus sérieusement, nos enfants sont "grands" (9 et 11 ans), notre maison bien rénovée, nous pouvions envisager un voyage plus long et une destination plus lointaine que d'habitude, sûrs de pouvoir y mettre le budget nécessaire et que nos enfants profiteraient pleinement de leur séjour et en auraient des souvenirs durables.

    Lorsqu'on choisi de visiter un pays dans lequel on ne pourra pas retourner de sitôt, une bonne préparation en amont s'impose. Le choix de l'itinéraire répond à plusieurs critères: le temps du séjour, le budget, les envies de chacun... Dans tous les cas il est évident qu'on ne peut pas voir tout le pays et qu'il faudra forcément écarter certains sites pourtant dignes d'intérêt. C'est dur, mais c'est impératif; à vouloir trop en faire, on abat les kilomètres sans se poser. C'est là que la lecture de guides et d'expériences de voyageurs, de camping caristes aident à établir les sites que nous ne voulons pas manquer. Prévoir un itinéraire et des points de chute pour dormir (campings avec coordonnées GPS) est un fil conducteur indispensable, ensuite rien ne nous empêche de dévier de l'itinéraire initial pour faire un détour, s'attarder à un endroit...

     

    La Croatie

    Que savions-nous avant notre départ? Que c'était une province de la Yougoslavie jusqu'à ce qu'une guerre éclate dans ce pays en 1991 à l'issue de laquelle quatre ans plus tard, les provinces devinrent des pays indépendants débarrassés du régime communiste dictatorial et de conflits ethniques internes: Slovénie, Croatie, Serbie, Bosnie-Herzégovine, Monténégro.

    Que le pays, aidé de subventions européennes et américaines, s'est reconstruit, a recouvert sa culture et son identité, s'est réconcilié avec ses voisins et a préparé son entrée dans l'Union Européenne qui l'accepte en son sein le 1er juillet 2013.

    Que ce pays offre de magnifiques sites mêlant eau turquoise, nature préservée et une architecture imprégnée de vestiges romains et ottomans.

    Destination touristique déjà prisée principalement par les Italiens, les Allemands et les Autrichiens, gageons que cette entrée dans la communauté européenne s'accompagnera d'une augmentation exponentielle du tourisme...

     

    Récit

    Cet article relate notre itinéraire, nos étapes et visites. Toutes les informations concernant les aires et campings où nous avons dormi (installations, prix, avis, photos) se trouvent dans la rubrique Croatie - Aires & Campings.

    la Croatie, pour simplifier, peut être divisée selons les régions suivantes:

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Les régions les plus touristiques sont l'Istrie, le Kvarner et la Dalmatie. Nous avons visité les villes et sites suivants:

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     

    J1 Dimanche 7 juillet: départ du Gers (Midi Pyrénées) pour l'Italie (Alessandria) = 870 km

    Les enfants se sont couchés la veille dans le camping car afin de pouvoir dormir le matin car nous partons à 4h.

    Chaude journée. Des bouchons en Italie peu avant Savone jusqu'à Gênes. A noter qu'en Italie, vous êtes encouragés à régler le carburant en liquide (les bornes des pompes prennent les billets), si vous souhaitez payer par carte bleue, le carburant est plus cher (majoré de 2 à 4 centimes par litre!!). Drôle de pratique... Le carburant est beaucoup plus cher qu'en France de toute façon.

    Nous avons aperçu Monaco depuis une aire d'autoroute avant d'entrer en Italie. Un grand building se dresse et dépasse nettement les autres barres d'immeubles, drôle de choix pour une ville sur le littoral.

    Nous arrivons à Alessandria à 17h30 où nous dormons à l'aire de camping car.

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)Monaco

     

    J2 Lundi 8 juillet: départ de l'Italie pour la Croatie: Alessandria-Medveja = 580km

    Départ à nouveau à 4h du matin. Le soleil se lève plus tôt à l'est: il fait plein jour à5h30. Nous n'avons pas regretté de partir si tôt, cela nous a permis d'avoir de la circulation fluide quelques heures bien que de nombreux camions monopolisent l'autoroute (une aberration écologique aussi, non? à quand plus de trains de marchandises...) La traversée de la plaine du Po est monotone pour le conducteur.

    Arrivée en Slovénie: sur ses panneaux, changement radical de langue avec un assemblage, une combinaison de syllabes qui nous désarçonnent: comment prononcer ces mots slaves? Nous achetons la vignette obligatoire pour rouler dans le pays (30 euros pour un aller-retour dans le mois). Les paysages sont verts et boisés. Nous voyons des cochons de lait cuits à la broche devant chaque restaurant, ça donne envie.

    Arrivée en Croatie à 11h avec une descente abrupte sur Opatija, première station balnéaire en venant de Slovénie. Nous descendons plus bas sur le village de Medveja pour nous installer au camping Medveja face à une petite plage de galets. L'eau est chaude et turquoise, nous pouvons y voir quelques poissons. Cette étape nous a permis de nous délasser et de nous délester de la fatigue du trajet.

     

    Récit du voyage (itinéraire & étapes) bonjour en croate

     

    Récit du voyage (itinéraire & étapes) Plage de Medveja

    Grosse déception et sentiment de s'être fait arnaquer cependant lors du paiement de la nuit: 43 euros début juillet!! N'ayant pas la conversion kunas/euros en tête, je n'ai pas réalisé de suite. La facture est incompréhensible. Ce sera la nuit la plus chère de tout notre séjour d'ailleurs. Par la suite, j'ai toujours demandé le prix de la nuit pour 2 adultes, 2 enfants et un camping car.

     

    J3 Mardi 9 juillet: étape Medveja - Starigrad (près de Paklenica) = 218 km

    Nous quittons Medveja pour Stari Grad (dans le but de s'approcher de Zadar) par l'autoroute en très bon état et qui offre de beaux paysages: montagneux, verdoyant et boisé tout d'abord (évoquant la Suisse et l'Autriche!) ponctués de rares petis villages, sec et rocailleux vers la sortie Ravanjska et magique lorsque l'autoroute surplombe l'Adriatique. Nous sortons à Ravanjska donc, traversons Seline puis nous nous rendons à Stari Grad.

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

    Nous voyons beaucoup d'autocamps sur Seline et Stari Grad mais nous nous en tenons à celui que nous avions vu sur des blogs de camping caristes: Autocamp Plantazà, très bien, au bord d'une plage avec en arrière plan la chaîne de montagne du Velebit (parc national de Paklenica). L'eau est plutôt froide: l'influence des canyons du Velebit? Pas question de faire une randonnée avec la chaleur, une excursion dans les canyons en bâteau n'aurait pas été de refus  mais nous décidons pour l'instant de nous en tenir à l'itinéraire prévu. Nous faisons un tour au village le soir, très animé.

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)Plage en contrebas du camping

     

    J4 Mercredi 10 juillet: visite de Zadar

    Départ de Stari Grad pour Zadar (50km). Nous partons avant 9h afin de visiter la ville le matin et de profiter de la plage du camping l'après-midi. Zadar compte 72 000 habitants. Nous rentrons dans  la ville et laissons le camping car au pied des remparts face au port (indiqué dans le guide vert Michelin) pour 3 kunas de l'heure. Nous nous promenons dans la vieille ville au centre historique plein de petites églises romanes et de vestiges romains (il ne nous a pas été  possible de visiter l'intérieur d'une église habillé en short et robe d'été, certaines villes croates sont strictes là-dessus). La vieille ville n'est pas très grande, on en fait vite le tour. On en profite pour longer le front de mer (appelé "riva") et s'arrêter au niveau de l'orgue marin: 135 tubes de différentes longueurs ont été aménagés à fleur d'eau et produisent des sons au gré du mouvement de la mer. C'est original et mélodieux.

    Nous nous désaltérons à l'une des nombreuses terrasses de la citadelle puis nous nous rendons dans un des nombreux supermarchés présents (des enseignes inconnues comme Plodine et Mercator et d'autres bien connues comme Spar et Lidl), mangeons à quelques kilomètres plus au sud de la ville puis filons vers l'île de Murter à Tisno (à 60km de Zadar).

    Passé le village, à 2km se situe l'autocamp Jazina qui se compose de deux parties: une près de la plage (partie ombragée et bondée de monde), une autre en face (un terrain moins occupé, parsemé de petits figuiers et oliviers, bordé également par la mer mais pour amarrer des bâteaux).

    Place des Cinq puits (parfaitement alignés)

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     

     

     Récit du voyage (itinéraire & étapes)

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     

     

    Récit du voyage (itinéraire & étapes) 

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     

     

    J5 Jeudi 11 juillet: Visite de Sibenik

    Départ de Tisno pour Sibenik (27km). Nous prenons progressivement un nouveau rythme, en adéquation avec le cycle du soleil de l'est qui se lève tôt (5h30) et se couche vers 21h15. Nous nous levons pas tard; entre 7h et 7h30 sans difficulté car le jour est déjà bien installé. Nous nous rendons à Sibenik (prononcez "chi"benik)  (51000 habitants). En arrivant de Tisno/Zadar nous avons une belle vue sur sa forteresse et non sur ses zones industrielles. Nous nous garons sur le parking de la gare maritime (après la gare routière) où les camping cars sont acceptés pour 20 kunas de l'heure. Nous suivons le petit circuit proposé par le guide Michelin afin de voir les principaux centres d'intérêt: la forteresse ST Michel (qui offre une belle vue sur l'Adriatique), la cathédrale ST Jacques (Jakov), la place Tito... Le centre historique -avec ses ruelles dallées et escarpées, les façades blanches intactes (aucune voiture ne circule dans le centre de la ville médiévale)- a un charme tout particulier.

     

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     

     

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)      Récit du voyage (itinéraire & étapes) Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     

    Récit du voyage (itinéraire & étapes) 

    Récit du voyage (itinéraire & étapes) 

    Récit du voyage (itinéraire & étapes) 

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Une petite pause à la terrasse d'un café avant de repartir pour l'autocamp Barinica près de Primosten. Nous passons devant le camping mais le trouvons loin du village (6km). Nous tentons un tour sur Primosten pour en trouver un autre. Le village ne propose pas ce genre d'hébergement. Nous faisons demi-tour, le camping le plus près est lui aussi à quelques kilomètres et isolé, il s'agit de l'Adriatic, à flan de côte, entre la route et l'eau turquoise, avec un grand restaurant, une supérette, un terrain de tennis mais surtout 62 euros la nuit pour nous 4! Cela ne nous convient pas, nous continuons, passons la petite commune de Dolac, nous voyons un petit panneau signalant "camp" et aperçevons un camping car en contrebas. Nous sommes accueillis par un camping cariste italien nous disant que le gars de la réception n'est pas arrivé mais que nous pouvons nous installer où nous voulons (effectivement il y a cette consigne à la réception). Il nous aide à manoeuvrer (les emplaçements se trouvent sur des "terrasses" étroites). L'autocamp est sommaire: quelques WC et douches et un point vaisselle mais le tout est propre, les prix sont bas et surtout nous avons une vue et un accès sur une mer à la couleur renversante.

    Nous mangeons (à 14h30 avec toutes ces hésitations!) puis allons nous baigner le long des rochers. C'est de suite profond mais les enfants sont à l'aise et ravis de voir des poissons et plusieurs étoiles de mer (ce qui est bon signe quant à la qualité de l'eau du site). L'Italien nous signale une plage aménagée à 50m. Finalement, nous sommes encore plus loin de Primosten, que nous ne visiterons donc pas, tant pis. Le soir nous payons la nuit: 159 kunas à l'employé qui se charge des entrées, un croate qui aime discuter avec le touriste. Bref, pour 21.48 euros la nuit, nous avons notre petit coin de paradis, l'autocamp Horizont. Nous ne recherchons pas particulièrement des installations grand confort (d'autant plus que nous ne passons la plupart du temps qu'une seule nuit sur chaque site), mais il est difficile depuis la France d'avoir connaissance de petits spots, ne trouvant sur internet que les moyens et grands campings. Tant pis pour Primosten qui avait l'air joli et animé, village dans lequel il fait sûrement bon flâner, mais une fois garés, installés et après une longue baignade, difficile de se motiver à bouger avec le véhicule.

     Récit du voyage (itinéraire & étapes) PRIMOSTEN

     

    J6 Vendredi 12 juillet: Visite de Trogir

    Nous quittons l'autocamp Horizont pour Trogir (33km). Possibilité de se garer facilement: il y a plusieurs parkings  avant le pont qui mène à la vieille ville. Nous voyons un parking payant vide, personne à l'accueil. Nous nous garons quand même en indiquant notre heure d'arrivée sur un papier mis en évidence sur le pare brise, pensant que l'employé arriverait plus tard. Finalement, personne n'est venu, nous avons donc stationné gratuitement.

    Nous passons 3h à flâner dans la cité médiévale (classée au Patrimoine mondial de l'UNESCO), dans ses étroites ruelles pavées et le long des ses quais où sont amarrés quelques beaux spécimens de yatchs. Chapelle, campanile, cathédrale ST Laurent, leurs intérieurs ne sont pas accessibles avec nos tenues vestimentaires estivales. nous nous contentons alors d'admirer le détail du portail de la cathédrale sculpté par le maître croate Radovan.

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)                 Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     

     

     

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     

     

     

     

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     

    Trogir est plaisant mais m'a moins plu que Sibenik, plus authentique, moins surfait. Une pause (qui devient une habitude) à la terrasse d'un café pour se désaltérer avant de reprendre la route vers Split. Le café/bar ici est une véritable institution: ils se comptent en plusieurs dizaines dans une ville moyenne et sont également fréquentés par les autochtones. Leurs terrasses ont la particularité de s'implanter n'importe où, y compris au pied des sites historiques ou de monuments voire carrément sur le parvis d'une cathédrale!

    L'après-midi, route vers Split donc. Nous décidons d'ignorer les 2 gros campings de cette zone: Rozac à Trogir et Strobec à Split (ce dernier pratiquant des prix prohibitifs pour une famille). Ayant repéré l'autocamp Bilus à Kastel Stari sur internet, nous nous y rendons. Le camping est petit, simple, près de la plage et du village, une bonne base pour visiter Split le lendemain. Après une pausa baignade l'après-midi, nous allons explorer les alentours du camping le soir et sommes agréablement surpris. Après la plage, les quais sont bordés de petits bars et restaurants. Nous testons l'un d'entre eux: pizza pour les enfants, plat plus traditionnel pour nous: un plat à partager à deux avec des viandes grillées (boeuf, veau) (dont quelques morceaux sont farcis avec du fromage, oignons et bacon), risotto, champignons, courgettes, poivrons grillés et frites en accompagnement. La traduction du menu en anglais ne nous a pas trompé, c'est très bon.

    Première nuit sans air frais après un petit orage.

     

    J7 Samedi 13 juillet: Visite de Split

    Nous quittons Kastel Stari pour Split (18km). Nous y passons 4h et nous aurions pu y passer encore plus de temps. Il semble difficile de se garer, beaucoup de voitures cherchent également une place (Split est une grande ville, la deuxième du pays avec 188 000 habitants). Nous trouvons malgré tout assez rapidement un parking près de la gare routière, pas loin du marché, près du front de mer, à l'angle sud-est de la vieille ville pour 15 kunas de l'heure.

    La vieille ville se situe sur l'ancien palais de l'empereur romain Dioclétien (né en Dalmatie et connu pour la persécution sanglante des chrétiens), palais plus tard abandonné et peu à peu envahi par la population qui y construit au fil du temps ses maisons. Grignoté de part et d'autre, l'ancien palais se devine par quelques vestiges deci delà. Déambuler dans cet invraisemblable dédale de ruelles où se mélangent: vestiges romains, architecture d'influence autrichienne, sphinx importés d'Egypte... a été un ravissement surprenant. Split n'est à manquer sous aucun prétexte. Nous avons visité la cathédrale ST Domnius (les tenues estivales étaient acceptées à condition de couvrir ses épaules: le personnel de l'accueil vous remettait un châle pour les couvrir si besoin est), son mausolée, sa salle du trésor (ce qui a été l'occasion pour mes fils de comprendre -avec horreur- ce qu'est une relique!), sa crypte et la tour de l'horloge qui nous offre de beaux points de vue sur la ville. A voir aussi le marché de poissons, à deux pas de la place de la République, avec des espèces que nous n'avons pas l'habitude de voir sur nos étals. La ville est animée mais pas grouillante. Il y a largement de quoi faire pour la journée si ce n'est la chaleur qui peut décourager l'après midi.

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

    Split au temps de l'empereur Dioclétien: voila à quoi ressemblait sa résidence fortifiée construite afin qu'il se retire après son abdication volontaire en 305. C'est l'un des édifices de l'Antiquité les mieux conservés, classé au patrimoine mondial de l'UNESCO.

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

    à gauche: le péristyle* de la cathédrale

    (*le péristyle désigne l'ensemble de colonnes dans une construction romaine; une place, la cour d'une villa...)

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

    tous des voleurs ces romains! Sphinx "importé" d'Egypte.

     

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

    la tour de l'Horloge

     

     

    VUES DE SPLIT DEPUIS LA TOUR DE L'HORLOGE

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     

     

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

    Place de la République, conçue pour imiter la place ST Marc de Venise, bordée de bâtiments à arcades

    et de façades orangées

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     

     

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     

     

    Récit du voyage (itinéraire & étapes) 

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)Récit du voyage (itinéraire & étapes)   Récit du voyage (itinéraire & étapes)

               ne nous arrêtons pas aux apparences, il a une sale tête mais il est sûrement bon!

     

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

    SPLIT vue depuis la mer

     

    Après avoir mangé une pizza cut (grosse part de pizza à emporter) suivie d'une glace (prix imbattable: 6 ou 7 kunas la boule partout (moins d'un euro), nous prenons la route pour Dubrovnik soit 285 km dont seulement une centaine sur autoroute, sa construction n'étant pas terminée. Passage par le Delta de la Neretva (grand fleuve dont la source se trouve à 80km au sud de Sarajevo en Bosnie) qui offre de beaux paysages, différents de ceux observés jusqu'alors. Avant d'arriver à Dubrovnik, la Croatie se rétrécit, le territoire s'arrête pour céder une part de l'Adriatique à la Bosnie que nous traversons brièvement en passant par la  station balnéaire de Neum. Retour en Croatie une vingtaine de kilomètres plus tard, nous filons à Kupari, à 6km au sud de Dubrovnik, ne souhaitant pas dormir au camping Solitudo, énorme, cher, situé sur une butte ne donnant pas accès à la mer.

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

    Delta / plaine de la Neretva

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

    Récit du voyage (itinéraire & étapes) Passage en Bosnie: Neum

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

      Dubrovnik moderne et ancienne: la citadelleRécit du voyage (itinéraire & étapes)

    La présentation du camping Kupari (dans le village du même nom) est élogieuse sur leur site internet (ce qui est généralement souvent le cas et surtout, quant à la situation géographique, se méfier de la notion de "proche de" par exemple...). Les emplaçements sont très biens (grands et ombragés) mais les sanitaires sont très moyens.  Quant à la plage proche du camping (en face), elle a été surprenante et déstabilisante sans préparation préalable... Cela commence par un bâtiment carré détruit puis nous empruntons ce que l'on devine être une ancienne belle promenade: un chemin dallé défoncé bordé de lauriers roses, de palmiers et de bancs pourris par le temps. Puis nous débouchons sur la plage entourée de gros complexes hôteliers détruits, à l'abandon (ainsi que d'anciennes villas), autour desquels (c'est un pau glauque) quelques routards semblent s'installer aver leur fourgon pour la nuit. Nous pensons à la guerre, émettons des hypothèses, cherchons une quelconque plaque commémorative (nous en trouvons une petite discrète dédiée semble-t-il à un régiment militaire). Nous sentons que Kupari a dû être une belle station balnéaire avant la guerre. De retour au camping, nous demandons des explications à l'accueil mais la réceptionniste, occupée, n'a pu nous répondre. De retour à la maison, des recherches sur internet confirment que Kupari a été bombardé avec Dubrovnik et d'autre stations balnéaires de la zone.

    Cette "plage-surprise" nous a permis d'expliquer à nos enfants les conséquences d'une guerre et d'avoir une image réelle et concrète d'une guerre que nous avions en 1991 suivie depuis nos médias.

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     

     

     

     

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)Récit du voyage (itinéraire & étapes)

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

    Ci-dessous une vidéo montrant des photos d'archives sur la station en son temps de gloire:

    Le lendemain, après la visite de Dubrovnik, nous retournons à la plage mais cette fois à celle du village voisin: Srebreno (à 10 min à pied) plus fréquentée, entretenue et plus jolie.

     

    J8 Dimanche 14 juillet: visite de Dubrovnik

     Nous prenons le bus (30 kunas AR par personne, soit 4.05 euros) pour Dubrovnik. Lorsque nous arrivons à la citadelle, nous ne sommes pas surpris car nous nous y attendions, mais nous sommes néanmoins quelque peu désorientés par le nombre de touristes: des groupes voyageant en autocar et ceux qui débarquent d'énormes bâteaux de croisière. Il nous faut quelques minutes pour nous adapter à cette foule et à la chaleur déjà bien écrasante en milieu de matinée; deux facteurs qui nous font hésiter à faire le tour de la citadelle par les remparts.

    Nous décidons de visiter la ville par les ruelles. Un arrêt sur la route la veille nous avait permis d'avoir une vue panoramique et globale de la vieille ville perchée sur un rocher, entourée de ses remparts. Rues étroites, monastère, fontaine d'Onofrio, remparts, petit port, (le tout très bien conservé / rénové) la ville est belle certes mais décidément trop fréquentée à cette période. Pas de traces visibles des bombardements de 1991 ici à part la maison d'un artiste qui affiche des photos de sa maison bombardée et de sa fuite sur la façade de son domicile rénové depuis.

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     Petite pause baignade pour les enfants, histoire de les rafraîchir avant de terminer la visite. Retour en fin d'après midi au camping et baignade pour nous quatre en fin de journée à la plage de Srebreno.

    La Perle de l'Adriatique est à voir mais -nous avons presque honte de le dire!- nous avons préferé Split, plus authentique, animée par ses habitants et sa vie locale. Nous n'avons pas fait un tour dans la Dubrovnik moderne par contre. A noter que l'affluence de touristes résulte inévitablement à de la saleté, des ordures jetées aux portes de la cité, des remparts et du port.

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     

     

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     

      Récit du voyage (itinéraire & étapes)Récit du voyage (itinéraire & étapes)Turisticki!

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

      Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     

     

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     

     

     

    Récit du voyage (itinéraire & étapes) 

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     

     

    J9 Lundi 15 juillet: excursion dans le Monténegro: les bouches de Kotor

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

    Parvenus à l'extrême sud de la Croatie, nous décidons de profiter de la proximité du Monténégro (à 35km de Dubrovnik) pour nous rendre à Kotor en effectuant le tour des Bouches de Kotor recommandé par le Guide Michelin et nous ne sommes pas déçus. Il faut compter 165km pour le circuit dans les Bouches( fermées par le défilé de Verige) qui forment un fjord large de 350m, encadré par les derniers sommets des Alpes dinariques. Nous nous engageons sur la rive Nord qui nous conduit à la ville de Kotor (joyau du Monténégro, inscrit au Patrimoine mondial de l'Unesco). Petites places pavées, ruelles, cathédrale et églises, la visite de la petite ville fortifiée est assez rapide. Des murailles s'élèvent au-dessus d'elle avec une succession d'escaliers (1426 marches en tout) qui permettent d'accéder à la forteresse ST Ivan. La chaleur déjà lourde en fin de matinée me décourage (je connais mes limites et elles sont vite atteintes par grande chaleur). Mon mari et mes enfants s'y lancent. Il faut compter 45 minutes pour l'ascension à un bon rythme, un peu moins pour la descente. La récompense est à la hauteur de l'effort fourni; jugez plutôt le panorama incroyable que le haut de la forteresse offre sur la baie de Kotor...

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     

     

     

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     

     

     

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     

     

    Je retrouve mes hommes en sueur mais heureux et nous rejoignons le parking (3 euros de l'heure ici pour les camping cars!). Après la pause déjeuner nous quittons Kotor par la rive Sud qui suit le bord de l'eau de près (et hop! petit arrêt baignade dans une eau chaude et transparente) et nous permet de terminer le tour du fjord à Lepetani où nous prenons le bac (9 euros) pour Kamenari et rejoindre la Croatie. Nous avons arpenté cette rive en milieu d'après-midi et nous avons heureusement croisé assez peu de véhicules (c'est étroit, donc manoeuvres). Je ne la recommande pas en fin d'après-midi où la circulation (après les baignades) doit être plus importante.

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

    Avant la frontière, nous prenons du carburant (1.24 euros le gazole!) La monnaie du Monténégro est l'euro, bien que le pays ne fasse pas encore partie de l'Union Européenne qui lui a demandé de régler ses problèmes liés à la criminalité, la corruption, la liberté d'information, la capture de criminels de guerre et la coexistence pas toujours facile de diverses communautés (Monténégrins, Serbes, Bosniaques, Albanais). De plus, le processus de séparation administrative avec la Serbie n'est pas totalement terminé. Cependant, de nombreux progrès ayant été fait dans les domaines cités, l'UE a accepté sa candidature en 2010.

    Nous ne regrettons pas cette escapade (non prévue au départ) qui nous a enchanté. Pour se  rendre au Monténégro, il faut les passeports (les cartes d'identité pour les enfants suffisent) et montrer l'assurance du véhicule à la frontière. La langue est la même (peut-être avec des variantes).

    En fin d'après-midi nous remontons vers le nord de la Croatie, direction l'île de Korculà. Nous roulons sur la presqu'île de Peljesac: hautes collines et vignes se succèdent (et "wine shops", points de vente de vin aussi). Nous trouvons un autocamp 6 km avant d'atteindre Orebic. Il s'appelle Paradisio à Postup et vous allez voir qu'il porte bien son nom... A flanc de colline, le gérant a aménagé des terrasses surplombant la mer et a bétonné quelques rochers en bord de mer. C'est un bon spot pour la plongée et pour faire du bâteau (possibilité d'amarrer son petit bâteau). Les sanitaires sont neufs et propres. Le camping, encore en cours de construction, tenu par un couple croate et leur jeune fille (le père fait les travaux lui-même), bénéficiera sûrement (j'espère) d'un bon bouche à oreille.

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     

       Récit du voyage (itinéraire & étapes)Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     

     

    J10 Mardi 16 juillet: journée à Postup, presqu'île de Peljesac

    Arrivés à l'autocamp à 20h la veille, nous n'avions pas pu profiter de la plage. Nous nous baignons ce matin à 9h (nous sommes les premiers!) et décidons finalement de rester la journée à l'autocamp et une nuit de plus afin de profiter pleinement de cette fabuleuse crique. La presqu'île est sujette à des bourrasques de vent et cela me semble rafraîchir l'eau l'après-midi mais cela n'arrête pas mes plongeurs en herbe. La concentration en sel est ici importante (l'Adriatique vous porte déjà davantage que la Méditerrannée) et avait fait jadis la richesse de Peljesac. Aujourd'hui, des salins sont toujours présents à Ston, village à l'entrée de la presqu'île. Les enfants en ramassent par poignées sur les rochers pour le faire sécher et le ramener!

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

    Plage du camping Paradisio

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

    Toujours en Croatie, la transparence de l'eau (riche en poissons et parfois oursins)

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

                                                                                 sel sur les rochers

     

    J11 Mercredi 17 juillet: île de Korculà

    Nous quittons l'autocamp Paradisio pour Orebic où nous prenons le bac qui nous amène à Korculà, village touristique sur l'île du même nom (156 kunas pour un camping car de moins de 7m soit 21 euros et 16 kunas par personne soit 2.16 euros). Korculà est une petite cité fortifiée qui a beaucoup de charme, elle est parfois surnommée la "Dubrovnik miniature". Flâner dans ses ruelles est très agréable (malgré la masse de touristes, j'ai la nette impression que plus nous avançons dans le mois de juillet, plus il y en a, je n'ose pas imaginer la densité de la foule au mois d'août). A noter qu'il est très difficile de s'y garer; il y a seulement quelques places le long des quais du port et un parking à l'entrée de la vieille ville dans lequel les camping cars ne sont pas admis. Nous avons fait demi-tour et trouvé par chance une place devant l'école un peu plus haut.

    Après la pause repas nous traversons l'île boisée et ses vignobles pour nous rendre à l'autre bout de l'île (extrémité Ouest) dans son plus gros village: Vela Luka, dans l'idée d'y dormir puis de prendre le ferry reliant Vela Luka à Split le lendemain. Nous rejoignons le seul camping de la ville; l'autocamp Mindel très isolé, perdu dans les oliviers et la guarrigue. Nous jugeons qu'il est trop loin du village où nous voudrions passer la soirée et où nous allons prendre le ferry à 6h15 du matin. Nous y retournons. Nous nous baignons sur la plage du village, assistons à un match de waterpolo (sport très physique) et dînons au restaurant où nous retrouvons l'équipe vaincue qui ne se laisse pas abattre pour autant. Nous nous sommes garés pour la soirée et la nuit en face du quai sur un terrain vague près de l'hôpital et de la rive animée du village. Rejoint quelques temps après par deux autres camping cars, nous étions du coup plus facilement repérables et avions peur que la police municipale nous déloge. Nous avons vu deux agents passer tour à tour devant les camping cars en début de soirée qui les ont ignorés, ouf!

     

    Récit du voyage (itinéraire & étapes) Korculà

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     

     

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     

     

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

      VELA LUKA

     Récit du voyage (itinéraire & étapes)Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     

     

    Jeudi 18 juillet:  ferry Vela Luka (île de Korculà) / Split. Matinée à Split puis route vers le parc national Krka

    Lever à 5h00 pour prendre le ferry de 6h15 pour Split. 3h de "croisière" qui repose le conducteur en lui évitant de faire demi-tour et de refaire l'île de Peljesac dans l'autre sens puis une route que nous avons aussi déjà empruntée (le delta de la Neretva). La traversée nous coûte: 1 190 kunas pour le camping car (soit 160.80 euros), 60 kunas par adulte (8.10 euros) et 30 kunas par enfant (4.05 euros) soit au total 1370 kunas (185.13 euros). C'est un budget oui, mais il faut penser à celui qui conduit qui a le droit bien mérité de se reposer et pour les enfants qui n'on jamais pris de si gros bâteau, déambuler entre le pont et les salons tout confort avait des airs de croisière.

    Arrivée à Split à 9h, il y fait déjà chaud. Nous refaisons un petit tour dans la ville (2h) et ses marchés. Pause repas dans le camping car puis nous prenons la route vers le parc national Krka (prononcez Keurka). Vers 16h nous arrivons devant les deux campings du site qui sont côte à côte: Krka et Marina. La gérante du premier nous hèle, nous nous arrêtons. Elle essaie dès notre enregistrement de nous vendre une excursion 300 kunas par personne pour faire tout le parc, repas compris. Elle s'exprime mal en anglais, préférant l'allemand, glisse des mots croates et français dans la même phrase, j'ai du mal à comprendre les détails de l'excursion et je dois dire que je ne la trouve pas sympathique avec son ton autoritaire. Le camping est presque vide, on se pose des questions, nous comprenons plus tard que les gens reviennent ou arrivent le soir après une journée passée au parc. Arrivés tôt nous partons faire un tour avec le camping car sur Skradin pour y repérer l'accueil du parc national, les parkings. Skradin et un joli petit village avec quelques boutiques chic (artisanat, vêtements), un petit port, une petite plage. Les parkings sont nombreux pour stationner les véhicules à la journée (on accède au parc à partir de Skradin par bâteau compris dans le prix de l'entrée). Un petit plouf (les enfants sont surpris, l'eau ne porte pas, hé oui ici c'est de l'eau douce!), le tour du village et nous retournons au camping. Nous sommes salués par le mari de la patronne qui est beaucoup plus chaleureux. Sa dame ne vient pas insister pour son excursion.

    Récit du voyage (itinéraire & étapes) SKRADIN

     

    J13 Vendredi 19 juillet: Visite du parc national Krka

    Lever à 6h30 pour être sûrs de prendre le premier bâteau pour le parc (8h) afin de prendre un peu d'avance sur la masse de touristes qui ne manquera pas de débarquer plus tard puisque le parc national fait partie des incontournables d'un séjour en Croatie. Le bâteau nous conduit en 20 minutes à l'entrée du parc la plus proche des grandes chutes Skradinski Buk, belles et impressionantes. Le billet du parc coûte 95 kunas pour les adultes (soit 12.83 euros) et 70 kunas pour les enfants (9.45 euros). La balade autour des chutes ne dure pas très longtemps, environ 1h30, sur des pontons de bois qui suivent les méandres de la rivière Krka, tout à tour calme et tumultueuse. L'eau est très claire et les poissons (gardons, carpes, saumons...) sont nombreux et pas farouches. Nous voyons aussi beaucoup de grenouilles. La balade ombragée est agréable... le matin. A partir de 11h, il y a beaucoup plus de monde et après le pique-nique c'est carrément la super foule qui rend la circulation sur les pontons moins fluide. Quant aux chutes de Skradinski Buk, beaucoup de monde s'y baigne ou bronze autour, ça fait un peu bizarre dans un parc national. Nous ne faisons cependant pas exception et nous nous y baignons. Les enfants adorent (c'est exotique au pied de chutes), l'eau est chaude, il y pas mal de courants par endroit, des employés du parc surveillent que les gens ne dépassent pas la limite de baignade. Nous quittons le parc à 15h30, retour à Skradin par bâteau.

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

    SKRADINSKI BUK LE MATIN...

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     

    L'APRES-MIDI !

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     

     

     

     

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     

     Récit du voyage (itinéraire & étapes)Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     

      Récit du voyage (itinéraire & étapes)

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)


     

    Récit du voyage (itinéraire & étapes) Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     

    Nous prolongeons la la journée sur la petit plage du village mais sommes assez vite interrompus dans notre baignade par un orage et la pluie. Ne voulant pas retourner au camping trop tôt, nous décidons de faire un tour dans le parc par la route, direction Roski Slap (une cascade qui était accessible par bâteau en supplément du billet d'entrée). L'averse s'arrête vite, nous arrivons sur une autre entrée du parc (dont l'accueil était fermé à 18h), nous nous engageons sur le sentier pédestre et découvrons un chouette site sur la Krka ainsi que le point de départ de très grands (et raides) escaliers qui longent la paroi d'une falaise, ils mènent à un point de vue sur les chutes. Je pense que sur ce site, il doit y avoir moins de touristes. Il faut dire que si l'on s'en tient aux informations données à l'entrée principale du parc, on ne comprend pas qu'il y a aussi d'autres entrées et randonnées qui sont accessibles aussi par véhicule (et non pas forcément en rajoutant des suppléments au billet d'entrée pour le bâteau comme on vous le propose) . Il a fallu suivre le trajet routier indiqué sur la brochure pour le comprendre. Cela vaut le coup, on prend la mesure de l'étendue du parc national et les paysages dans l'arrière pays sont intéressants. Les routes sont escarpées en montant, nous descendons par de petits axes et villages qui permettent de voir la campagne croate (et des endroits où sont malheureusement encore présents des terrains minés). Pour revenir au camping, heureusement que nous avions les coordonnées GPS!

    Récit du voyage (itinéraire & étapes) 

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     

     

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     

     

    J14 Samedi 20 juillet: île de Pag puis route vers Plitivicka

    Nous quittons l'autocamp Krka où nous avons payé seulement 220 kunas pour 2 nuits ?! (29.72 euros). Je pense que le patron s'est trompé! Nous décidons de faire une dernière halte mer/baignade avant de nous rendre à l'intérieur des terres pour visiter le parc national de Plitivicka. Nous nous rendons sur l'île de Pag, issue de la chaîne montagneuse du Velebit: elle présente la même structure géologique, en plus... désertique. Mis à part les salins, des bambous et quelques broussailles, le paysage est très lunaire. La spécialité de Pag -en sus de la dentelle- est le fromage, on se demande ce que les brebis peuvent bien brouter! Elles ne sont pas très grasses d'ailleurs mais il faut reconnaître que le fromage est bon (en vente dans presque toute la Croatie). La vie doit être rude sur cette terre.

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     

     

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     salins

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     

    Récit du voyage (itinéraire & étapes) PAG

    La chaleur est ici supérieure, il nous manque la brise qui rend la chaleur supportable ailleurs. Nous nous arrêtons en bord de mer pour la pause déjeuner puis nous nous baignons. Nous faisons ensuite un petit tour dans le village de Pag, très vite un arrêt glaces s'impose! Nous quittons Pag en milieu d'après midi, direction Korenica et le camping Korana. Un vaste camping, très bien équipé et organisé. Le point de chute de tous les touristes souhaitant visiter le parc (mais on ne se gêne pas, le camping est immense -on s'y perdrait- les emplaçements sont libres, à choisir en pleine nature).

     

    J15 Dimanche 21 juillet: visite du parc national Plitvicka

    Lever à 6h30 (avec le soleil déjà présent depuis une bonne heure, c'est plus facile de se lever tôt, si, si!) pour être à l'heure d'ouverture au parc. Nous payons 70 kunas le parking pour la journée (9.45 euros) et les entrées: 110 kunas par adulte (14.86 euros) et 55 kunas par enfant (7.43 euros) puis nous prenons le bâteau électrique (compris dans le billet ainsi que des bus électriques pour relier un point à un autre du parc) pour nous rendre au début du circuit des lacs supérieurs. Nous croisons peu de monde jusqu'à 11h et même au-delà, le parc étant  étendu et les circuits variés, nous ne nous gênons pas entre touristes, nous n'avons l'impression d'affluence et d'invasion comme à Krka où tout le monde était concentré sur le même petit itinéraire.

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

    Le Parc national Plitivicka est incontournable, c'est magnifique: eau bleue turquoise ou verte, transparente avec des poissons qui nagent le long des pontons de bois sur lesquels nous marchons, végétation verte luxuriante, des cascades à foison, de belles surprises: serpents d'eau (oui! en voir dans  leur milieu naturel, même si on n'aime pas les serpents, c'est magique), écrevisses... Il faut compter 6h pour en faire le tour, comme on le peut car la signalétique n'est pas très compréhensible et aucun plan des différents circuits ne vous est remis à l'entrée (vous avez le plan rikiki au dos de votre billet et de temps à autre sur un panneau avec une signalétique non identique... c'est dommage). Il y a tout sur place pour se restaurer: un point pique-nique avec de nombreuses tables, poulets grillés, hamburgers, boissons, glaces...

    Beaucoup de sentiers sont ombragés et il y a très peu de dénivelé. Cette journée nous a beaucoup plus. Plitivicka est à la hauteur de sa réputation: à faire absolument (après Krka, pas dans l'ordre contraire car Krka après Plitivicka serait décevant).

     

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     

     

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     

     

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     

        Voyez-vous le serpent ci-contre mêlé aux branches?

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     

      ssssssaluuut les touristes!

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     

     

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     

     

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)   

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     

     

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

      Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     

    Retour à 17h à l'autocamp. Nos vacances en Croatie touchent à leur fin. Nous aurions pu passer 2 jours de plus en Croatie, nous avons trop hésité et n'étions pas tous d'accord sur ce que nous pouvions faire (un crochet à la capitale Zaghreb? ça ne branchait pas les enfants. Une journée au parc national Risnjak? peu fréquenté, aucun camping n'était indiqué dans la zone. Une pause baignade sur Opatija? on aurait du faire ça! c'était la proposition des enfants, ça nous rapprochait de la Slovénie et du trajet retour. Il faut écouter la sagesse des enfants! Ma foi, il faut bien s'en laisser pour une prochaine fois: il nous manque l'Istrie, le golfe du Kvarner et la Slavonie (dans quelques années? à suivre...)

     

    J16 Lundi 22 juillet: trajet retour Croatie - Italie (nuit à Soave près de Vérone)

    L'aire de camping est aux portes de la cité médiévale.

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     

    Mardi 23 juillet: Côte d'Azur: Menton

    La Côte d'Azur n'est pas accueillante pour les camping cars. Nous avons demandé à l'Office de tourisme s'il y avait un camping à Menton. On commence par nous dire qu'il n'y a pas trop de campings par ici, qu'il ne faut absolument pas bivouacer n'importe où (on vient demander l'adresse d'un camping, c'est donc que nous ne voulons pas bivouacer...). L'employée téléphone au camping de Menton pour demander s'il reste de la place, on lui répond que oui, elle nous donne les coordonnées du camping. On revient au camping car que l'on a garé devant le musée Cocteau, non loin de la plage, au seul endroit où on n'a pas vu d'interdiction... Avant de se baigner et de prolonger le billet de l'horodateur, on appelle le camping pour vérifier qu'en camping car c'est accessible (une intuition?), on nous dit "il n'y a plus de place" "ah bon l'Office de tourisme vous a appelé il y a 10 minutes et c'était bon" "le camping est interdit au camping cars (!!!!!) vous n'avez qu'à dormir sur le parking de l'ancienne douane.." !!!!! Sur la photo publicitaire du camping, il y a un camping car... Un camping qui vous dit d'aller faire du camping sauvage! Je crois que je vais envoyer un mail au camping et à la municipalité. Effectivement, plein de camping cars et fourgons sont installés sur cet ancien poste frontière France Italie. Des voitures y passent sans arrêt et je trouve l'endroit glauque. On finira finalement par se réfugier et dormir dans une zone industrielle.. Moi qui voulait venir une fois faire la fête des Citrons, ça me refroidit.

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

    Le lendemain on continue la route par la côte. Nous voudrions nous promener à Cannes, hé bien non, il est interdit pour les camping car de se garer même le jour par arrêté préfectoral. Je me demande à quel point c'est vraiment légal... Il y a de plus en plus de camping cars, les municipalités ne peuvent pas les ignorer et puis nous sommes des consommateurs comme tout le monde (carburant, courses supermarché, bar, resto, musées...), pas des voyous, des gitans ou je ne sais ce que ces villes s'imaginent! Il va falloir s'adapter.

    Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     

     Menton

     Récit du voyage (itinéraire & étapes)

     

    Mercredi 24 juillet: journée à Monaco (voir rubrique Pays étrangers)

    Nous avons ensuite passé deux jours en Camargue  à la Grande Motte (détails sur l'aire de camping car, voir rubrique France, Divers, La Camargue) avant de revenir à notre domicile dans le Gers. 

     

    Récit du voyage (itinéraire & étapes) au revoir

     

    J'ai crée en janvier 2018 un groupe sur Facebook "voyages en camping car" afin que les camping caristes puissent échanger expériences, conseils, bilans, photos. Abonnez-vous!

    Hautes-Pyrénées: où dormir

    https://www.facebook.com/groups/2059515840990634/about/

     

     


    22 commentaires